La parole de l'analysant


Elle émerge à partir des associations libres, de la remontée des souvenirs, de l’expression des émotions, des idées, élaborées ou non, riches en significations, même lorsqu’elles paraissent absurdes à la raison, des rêves, des conflits affectifs, professionnels ou relationnels, des peurs, etc. C’est un processus progressif qui amène l’analysant à reconnaître sa propre vérité sur son histoire, à identifier ses désirs et les distinguer des désirs des autres, les deux étant souvent en conflit.
Mais attention : reconnaître son désir ne signifie pas nécessairement le réaliser, comme le prétend une vulgate psychanalytique largement répandue. Je peux désirer coucher avec mon père ou tuer mon voisin, mais je ne le ferai pas. Je maîtriserai ce désir pour me conformer aux normes sociales sans lesquelles il n’y a pas de société.